21.7.17

Il fallait rejoindre les masses, mais autour de nous le sommeil…

            Dans l’hiver doctrinaire, les ersatz poitrinaires, les dogmes nés d’hier, la bêtise ferroviaire, des abrutis de tout poil, à présent poussière d’étoile, retentissait la voix du poète, sérieusement trouble-fête, nous rappelant à l’ordre, nous rappelant de mordre, pour l’honneur de la mélodie, vers l’imputrescible cœur de la mélancolie.
            (Vers traduits du russe par TM).
Photo S. Locquet


            Sur un sac de voyage, dans une arcade noire
            Le saxophoniste a soufflé toute la nuit
            Sur un banc du parc le clochard
            Sur des feuilles de journaux étalées a dormi.

            Je deviendrai musicien moi aussi
            Et je jouerai, si je ne meurs pas avant,
            En chemise blanche, nœud papillon noir uni
            Des nuits entières dans le vent.

            Pour que l’ivrogne dorme souriant
            Sous le ciel, ayant bu jusqu’aux tréfonds —
            Dors, il n’y a pour toi rien d’inquiétant,
            Il n’y a que la musique au fond.
            Boris Ryjii, 1997

            Над саквояжем в черной ярке
            Всю ночь трубил саксофонист.
            Бродяга на скамейке в парке
            Спал, постелив газетный лист.

            Я тоже стану музыкантом
            И буду, если не умру,
            В рубашке белой, с черным бантом
            Играть ночами на ветру.

            Чтоб, улыбаясь, спал пропойца
            Под небом, выпитым до дна, –
            Спи, ни о чём не беспокойся,
            Есть только музыка одна.

            Борис Рыжий 1997.

2.7.17

Tchoudakov et Baudelaire, unis par le vin

        
кристал замёрзшего вина 
с густым сиянием лиловым
Россия в нём отражена
чудовищем мильонголовым 

не нахожу что образ свеж
как в отделении смирительном
один творительный падеж
с другим увязанный творительным 

по логике см. и цит.
есть колонцифер и апостроф 
вмерзает в озеро Коцит
бутылок нераспитый остров   

и там где белой вьюги тьма
едва ли смогут иностранцы
заледенеть в последнем трансе
застыть в сошествии с ума 

вино застывшее горит
в нём славно грешникам вариться
всё это местный колорит
колёр локаль как говорится
Сергей Чудаков.

         (Vers traduits par TM)

Cristal d'un vin congelé
Éclat lilas à forte densité
En lui la Russie se reflète
Hydre à un million de têtes

Je ne trouve pas que l’image soit d’une fraîcheur première
Comme au département des services pénitentiaires
Une déclinaison du cas de l’ablatif
Liée à une identique, pour quelque chose de créatif

Dans la logique de l’archétype
Nous avons apostrophe et folio
Le lac de Cocytus[1] gèle et agrippe
De bouteilles pas finies, un îlot

Et d’une blanche tempête, dans l’obscurité
À peine pourront les étrangers
Devenir de glace dans la dernière transe
Se figer en pleine démence

Le vin gelé a sa chaleur
En lui se cuisent les pécheurs
C’est une nuance de la région
Couleur locale[2], dit le dicton
Sergueï Tchoudakov




[1] En réalité une rivière de la mythologie grecque, semblable au Styx, menant aux enfers.

[2] Gallicisme employé par le poète, littéralement écrit phonétiquement en cyrillique, et qui donne le titre du recueil de ses œuvres.