28.8.16

Le ciel est bleu comme une chaîne, canicule du poète

Philippe Soupault par Robert Delaunay
…La lourdeur de l'été, qui a déjà son poids d'hiver, entraîne vers l'hiver, ce froid avec des orages.
(Dominique de Roux, La jeune Fille au ballon rouge).



Душа грустит о небесах
Она не здешних жилица
Люблю, когда на деревах
Огонь зеленый шевелится.

То сучья золотых стволов
Как свечи , теплятся пред тайной,
И расцветают звезды слов
На их листве первоначальной.

Понятен мне земли глагол
Но не стряхну муку эту
Как отразивший в водах дол
Вдруг в небе ставшую комету

Так кони не стряхнут хвостами
В хребты их пьющую луну…
О, если б прорасти глазами
Как эти листья в глубину.
Сергей Есенин, 1919.

(Vers traduits par TM)
Vers les cieux l’âme se languit,
Elle n’occupe pas les champs d’ici.
J’aime, lorsque dans les arbres en l’air
S‘agite et s’ébroue un feu vert.

Alors les branches des troncs dorés
Devant le secret, sont bougies vacillantes.
Et les étoiles des mots sont florissantes
Sur le feuillage originel éclairé.

Le verbe de la terre, je le comprends,
Mais je ne secouerai pas son tourment,
Comme la vallée, dans les eaux se reflétant
Devenue comète au ciel, brusquement.

De même, les queues des chevaux ne balaieront
La lune en train de boire à leur épine dorsale…
O, si les yeux pouvaient faire des bourgeons
Au plus profond comme ces feuilles vassales.
Sergueï Essenine, 1919

21.8.16

Georgy Ivanov, exil





Arthur Lourié et G.Ivanov, dessin de Piotr Mitouritch.1915


Monsieur, ayez pitié !
J’ai oublié la paix du monde,
Depuis douze ans je vagabonde
Et me présente dénudé.

 « Pour aider les gens comme vous,
J’ai un très bon fouet.
J’ai un marteau, des clous,
Droit dans les os, cher invité ».

1922






Les gens ? Qu’est-ce-que j’en ai à faire, des gens ?
Un type mène son bétail,
Une vendeuse assise : poitrine et jambes,
Petit foulard et lourde taille.

La nature ? Regarde-la, la nature :
Après la chaleur, le froid et la pluie,
Les quatre saisons de l’ennui
Comme un insecte nous torturent.

Bien sûr des distractions :
La pauvreté, le mal d’amour,
L’art et ses doux bonbons,
Et puis, mettre fin à ses jours.

1950

extrait du recueil "Portrait sans ressemblance"

traduction Vincent Deyveaux
Autres textes, clic



Пожалейте меня, сир!                        
Я давно позабыл мир,   
Я скитаюсь двенадцать лет,      
У меня ничего нет!       
 
"Для того чтоб таких жалеть      
У меня хороша плеть.      
У меня молоток-гвоздь      
Прямо в кость, дорогой гость".



А люди? Ну на что мне люди?      
Идет мужик, ведет быка.      
Сидит торговка: ноги, груди,      
Платочек, круглые бока.       
 
Природа? Вот она, природа --      
То дождь и холод, то жара.      
Тоска в любое время года,      
Как дребезжанье комара.       
 
Конечно, есть и развлеченья:      
Страх бедности, любви мученья,      
Искусства сладкий леденец,      
Самоубийство, наконец.
 
перевод Венсана Дево 

18.8.16

Georgy Ivanov, suite




Russie, ma Russie “ouvrière-paysanne”
Comment ne pas désespérer !
A peine commencé ton bonheur de tsiganes,
Déjà il se termine.

Les steppes inutiles, les villages affamés…
Rien ne peut ta glace briser :
Ton froid soleil s’est-il levé,
Que déjà il décline.

1930



Je suis pour la guerre, pour l’ingérence,
Je suis pour le Tsar, même crevé.
Quant à la russe Intelligence,
Toujours je la mépriserai.

Le monde est guidé par les dieux,
Pas par les prolétaires frustres …
L’atome fissuré par eux
Tourne au-dessus des neiges russes.

1940





Россия, Россия "рабоче-крестьянская"      
café "Au chien errant". 1911-1915
И как не отчаяться! --      
Едва началось твое счастье цыганское      
И вот уж кончается.       
 
Деревни голодные, степи бесплодные..      
И лед твой не тронется --      
Едва поднялось твое солнце холодное     
И вот уже клонится.    

 ***


 
Я за войну, за интервенцию,
Я за царя хоть мертвеца.  
Российскую интеллигенцию 
Я презираю до конца.  
 
Мир управляется богами, 
Не вшивым пролетариатом... 
Сверкнет над русскими снегами  
Богами расщепленный атом.
 
 
 
traduction Vincent Deyveaux
перевод Венсана Дево 
Au chien errant 
numéro 1 

15.8.16

Georgy Ivanov



Georgy Ivanov n’est jamais meilleur que quand il l’a mauvaise… 
Et il y avait de quoi ! Après avoir débuté sa carrière de poète dans le Saint-Pétersbourg du “Siècle d’Argent” aux côtés de Bloch,
Georgy Ivanov (1894-1958)
Goulimev, Kouzmine, Mandelstam et autres, il est poussé par le bolchévisme administratif et inquisitorial à émigrer dans un petit pays que l’on situe à la pointe, à la péninsule du continent asiatique : la France. 
      En exil, son lyrisme de jeunesse typiquement russe, et un peu fleur bleue pour le lecteur sophistiqué de l’Ancien Monde, cède la place, bon gré mal gré, à une humeur sombre et sardonique. Le ressentiment n'est pas absent, mais tempéré par un humour (certes noir), ainsi que par cette mélancolie propre aux pays nordiques où deux jours ensoleillés sont un cadeau du ciel. 
      Georguy Ivanov, considéré pompeusement dans le milieu russe blanc comme le «premier poète de l'émigration», exerce sa vindicte, c'est son époque, contre le pouvoir soviétique et l'Ossète qui a remplacé le Tsar. Si aujourd'hui les variations anti-Rouges sont passées de mode, et on ne va pas tirer sur l'ambulance, les lamentos de l'exil forcé trouveront sûrement des échos dans ce XXI-ème siècle si prometteur.
      On pourra ici consulter la bio et la bibliographie de Georguy Ivanov, en anglais, car, une fois de plus et comme pour les textes de Serguey Tchoudakov, Vladimir Ermolaev et d'autres, cette traduction en français est une exclusivité Antifixion.

Vincent Deyveaux




Le long du parc se glisse la voiture, 
Nous approchons de la villégiature : 
La voilà donc, la porte de l'Enfer, 
Au carrefour s'avance Lucifer. 

Avec l'antique générosité, 
Il me serre la main, très fier 
De ses moustaches, de ses anomalies, 
Bref de cet air de parenté 
Avec ce qui gouverne mon pays. 

1948 

      
     
C'est merveilleux 
Qu'il n'y ait plus de Tsar, 
Qu'il n'y ait plus de Russie, 
Que Dieu n'existe pas. 

Rien 
Qu'une aube jaune, 
Des étoiles glacées, 
Des années par millions. 

C'est merveilleux 
Qu'il n'y ait personne, 
Qu'il n'y ait rien, 
Si noir, si mort, 

Qu'il n'y a rien de plus noir, 
Rien de plus mort
Qu'on n'attend aucune aide, 
Qu'on en n'a pas besoin. 

1930 

traduction Vincent Deyveaux
 
Скользит машина возле сада, 

И мы въезжаем на курорт: 
Так вот она, граница ада,-- 
На перекрестке встречный чорт. 

С давно забытым благородством 
Он пожимает руку мне, 
Гордясь усами и уродством, 
И вообще семейным сходством 
С тем, что царит в моей стране. 

               *** 


Хорошо, что нет Царя. 
Хорошо, что нет России. 
Хорошо, что Бога нет. 

Только желтая заря, 
Только звезды ледяные, 
Только миллионы лет. 

Хорошо - что никого, 
Хорошо - что ничего, 
Так черно и так мертво,

Что мертвее быть не может 
И чернее не бывать, 
Что никто нам не поможет 
И не надо помогать.

перевод Венсан Дево

11.8.16

C'était, et je ne voudrais pas m'en souvenir, c'était au déclin de la beauté

La poésie a une puissance d’élaboration, de fusion, de synthèse que ne peut atteindre aucun ouvrage en prose. (…) De là son pouvoir irremplaçable.
         La poésie plus complexe que la prose sauve mieux l’humain (…).
         Drieu La Rochelle, La Poésie au-dessus de tout, in, Sur les Écrivains, (Gallimard).


Предъявили мне бумажку
Разрешили мне сказать
Дайте чистую рубашку
Перед тем как расстрелять
И почти убитый даже
Я сквозь холод ледяной
Вспомню как лежал в пляже
Рядом с девушкой одной
Ранним утром просыпаюсь
В розовеющем саду
Пахнет порох, накаляясь
Залп. Сейчас я упаду
СЕРГЕЙ ЧУДАКОВ

(Vers traduits par TM)
Un bout de papier ils m’ont collé sous le nez
De dire, ils m’ont autorisé
Une chemise propre je vous prie de me donner
Avant de me fusiller
Et même presque tué
À travers un froid glacé
Je me souviens comme j’étais sur la plage allongé
Avec une unique fille à mes côtés
Je me réveille tôt le matin
Dans un rosissant jardin
Ça sent la poudre, surchauffée
Une salve. Maintenant je vais tomber.

Sergueï Tchoudakov